Le jeu de cartes du Seigneur des Anneaux

ou MECCG ( Middle-Earth Collectible Card Game )
auparavant connu sous le nom de METW (Middle-Earth, The Wizards : nom du jeu original)

 


 

Ici n'est décrit que très superficiellement le principe de fonctionnement de ce jeu extrêmement riche. En évoquer en détail les règles et les subtilités reviendrait à copier des pages entières, le livret d'explications fourni avec le jeu n'étant lui-même pas très clair ! Mais si vous n'avez pas peur de la difficulté et désirez replonger dans les moindres détails de l'oeuvre de Tolkien, nous vous conseillons fortement ce jeu passionnant !

 

Il s'agit d'un jeu de cartes à collectionner et à jouer, selon le même principe que Magic, mais basé sur les évènements se déroulant en Terres-du-Milieu à la fin du Troisième Âge, c'est-à-dire ceux décrits dans Bilbo le Hobbit et surtout dans le Seigneur des Anneaux. Les cartes, en plus des informations concernant directement le jeu, sont agrémentées d'une illustration (souvent de qualité moyenne dans le jeu original, mais la plupart du temps belle dans les extensions).

Le jeu est d'une complexité extraordinaire, à l'instar de l'oeuvre dont il s'inspire. Cependant le principe général est assez facile à comprendre : dans le jeu original, le joueur incarne l'un des cinq Istari, à savoir Gandalf, Saroumane, Radagast, Alatar ou Pallando. Le magicien choisi doit ensuite constituer une ou des compagnies formées de personnages. Le but de ces compagnies est de détruire l'Anneau Unique ou, si cela est impossible, d'acquérir un plus grand nombre de points que l'adversaire en accomplissant certaines actions ou en acquérant certains objets importants. Le jeu se déroule par tours successifs, eux-mêmes divisés en phases, pendant lesquels un joueur déplace ou réorganise sa(ses) compagnie(s), distribue ou enlève des objets à ses personnages, joue des cartes particulières et subit des attaques lancées par un autre joueur. La plupart des résultats des actions entreprises sont déterminées par des lancers de dés et des modificateurs selon l'action voulue.
Un concept original, directement inspiré du pouvoir de l'Anneau Unique tel qu'il est décrit dans le Seigneur des Anneaux, vient encore compliquer le jeu. Il s'agit de la corruption. Ainsi, chaque personnage possédant un objet reçoit en contrepartie des points de corruption dont la quantité dépend de l'objet en question (des objets tels qu'un palantir ou même l'Anneau Unique donneront beaucoup de points de corruption, alors que du lembas ou une cape elfique n'en donneront aucun). Plus tard, lorsque le joueur voudra utiliser cet objet ou s'en débarasser, ou si l'adversaire l'y contraint par une carte spéciale, le personnage devra effectuer un test de corruption, qui caractérisera la capacité du personnage à résister à l'attrait qu'il éprouvent pour cet objet. Si le test échoue, cela signifie que le personnage a été corrompu par l'objet et qu'il a donc abandonne sa quête, comme Saroumane dans le Seigneur des Anneaux. Dans ce cas, le personnage est éliminé.

Le jeu se termine lorsque l'un des joueurs a réussi à détruire l'Anneau Unique ou que le Conseil Libre, convoqué par l'un des joueurs, a déterminé le nombre de points accumulés respectivement.

 

Dans le jeu original, les cartes sont divisés en cinq catégories :

 

Mais il ne s'agit ici que de la description du jeu original, intitulé The Wizards ("Les Sorciers").
Même si cette description peut déjà paraître compliquée, ce n'est pas fini, car il existe aussi des
extensions à ce jeu, qui apportent elles aussi leurs lots de nouvelles règles et cartes. Donc, si ce jeu vous intéresse et que vous n'êtes pas encore découragé par sa complexité (et encore, on n'est pas rentrés dans les détails !!!), consultez la page consacrée à ces extensions.